Libellés :

Harry un ami qui vous veut du bien, de Dominik Moll


Tout d'abord joyeux Noël à toutes et tous !

Hier soir nous avons déballé nos cadeaux, et parmi les paquets se trouvait un beau papier doré, garni de bolduc, de taille rectangulaire, que j'avais moi-même confectionné et dont j'avais choisi le contenu il y'a quelques semaines, en prenant soin de l'étiqueter à l'attention de mon amoureux et de moi-même.

Ce psychopathe de Harry nous attendait à l'intérieur :)
Je le connaissais depuis des années, mais je l'avais enfin dans les mains.

Nous avons maté le film immédiatement. Je l'ai peut-être encore plus apprécié que les autres fois.

Histoire réaliste d'un père de famille qui rencontre sur une aire d'autoroute (direction maison de vacances familiale !), un ancien copain de lycée dont il ne se rappelle même pas. Mais Harry se souvient de lui. Harry va s'immiscer doucement dans sa vie à partir de ces quelques minutes de retrouvailles dans des toilettes perdus sur une aire qu'on imagine proche des Alpes, en pleine campagne.
Harry se souvient du temps où Michel écrivait des nouvelles et des poèmes dans le journal du lycée. Occupation que Michel avait totalement oubliée.
Harry se rappelle par coeur de tous les textes, il veut que Michel se remette à écrire, il veut le bien de Michel, il est fan de Michel, il éliminera quiconque sera un obstacle à leurs retrouvailles et à lépanouïssement de Michel.
S'ensuivent des meurtres, mais surtout de grands moments aux images sublimes qui m'ont légèrement rappelé les ambiances de David Lynch (cf : sans vouloir vous spoiler, je pense clairement aux scène tournées dans la salle de bain rose, à celles où Harry pète les plombs en voiture, au singe volant, vraiment psychè ^^).

Récompensé à Cannes en 2000, je suis surtout fan de l'interprétation des quatre comédiens principaux.
Mathilde Seigner parfaite pour le rôle, Laurent Lucas que j'avais apprécié dans Calvaire (signé Fabrice du Welz) toujours aussi naïf, Sophie Guillemin splendide en pin-up écervelée (pour moi l'un des personnages les plus humains de cette histoire), et évidemment Sergi Lopez, don l'accent latino renforce le mystère en mettant l'accent sur sa chaleur humaine qui contraste d'autant plus avec ses névroses.

Ce film n'est pas tout récent, mais pour ceux qui ne l'ont toujours pas vu, je vous conseille de vous rattrapper le plus tôt possible :)

A paraître prochainement :



Nostalgie : Pac-man sera toujours présent dans nos vies.


Sex and the City, la review du pilote de la série de The Carrie Diaries
 
AL Peal's Things © 2012 | Designed by Canvas Art, in collaboration with Business Listings , Radio stations and Corporate Office Headquarters