Libellés :

Le Doigt d'Horace, Marcus Malte


Ahhhh Marcus, ! Ce que je ressens pour toi est à la parfaite frontière entre la haine et l'addiction !
Une sorte d'admiration inassouvie !

J'ai donc avalé à nouveau un Marcus Malte.
Le premier qu'il a écrit : Le Doigt d'Horace.
Le premier bouquin qui mèle la poésie à de l'action pure et dure.
Qui pensait qu'on pouvait s'émouvoir sur une simple histoire d'échange d'otages et de sacs de billets ?
Qui pouvait nous faire tomber amoureux d'un gars remplit de haine et aspirant à la vengeance ?
Marcus !

Un tour du synopsis :
Franck, un beau jeune homme, qui ferme ses portes à tout sentiments, et qui a un rêve fou et merveilleux ... et aussi une énorme rancoeur qui le conduit à une violence indescriptible.
Mister, le jazzman, et Bob, le faux-taximan sont intrigués par Franck et commencent à dresser un lien entre les affaires de meurtres du moment et ce sombre, triste et merveilleux personnage.
Et puis il y'a José et Miguel, des voyous mexicains, insupportables et pourtant humains.
Et puis il y'a la vilaine Viviane, la fragile Andréa, et la délicieuse Miss Marcilly qui vit à travers la littérature policière anglaise, une tasse de thé à la main, la poignée de sa cane blanche dans l'autre.

Ce bouquin est véritablement bluffant. Je n'ai pas pris la même baffe que lorsque j'ai lû Garden of Love, il faut dire que ce n'est pas du tout la même ambiance.
Au final on y retrouve des similitudes assez frappantes : Franck et Ariel, les jeunes hommes fous, manipulateurs, vengeurs, assassins ... et irrésistibles !
Et puis il y'a toujours une petite soeur qui manque quelque part, un drame familial caché, un fond triste et poétique servi par une écriture d'une exactitude déconcertante...

Comment Marcus Malte a-t-il pû décrire d'une manière aussi réaliste, ces pensées de personnages psychopathes ? Dans mon dernier billet sur Garden of Love, j'avais glissé une interview filmée de l'auteur qui disait qu'au fond il était sûrement aussi un peu psychopathe.
Ce dernier livre me le confirme, et bizarrement, je suis soulagée de savoir que ce psychopathe a un coeur assez grand pour pondre des histoire aussi belles et émouvantes.

Bon, je me rue sur un autre bouquin :P

A paraître prochainement :



Nostalgie : Pac-man sera toujours présent dans nos vies.


Sex and the City, la review du pilote de la série de The Carrie Diaries
 
AL Peal's Things © 2012 | Designed by Canvas Art, in collaboration with Business Listings , Radio stations and Corporate Office Headquarters